Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vous Recherchez ?

 

30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 21:36

 

5.       le projet individuel de l’élève

Qu’il soit intégré ou non, il est obligatoire de réaliser le projet individuel de l’élève. Ce dernier doit être établi une fois les évaluations diagnostiques réalisées.

Il prend en compte le comportement de l’élève, ses résultats aux évaluations, ses difficultés d’apprentissage…

Il doit être réajusté aux différentes périodes.

 

6.       Faire classe

L’attitude du maître

Le maître doit être souple et ferme à la fois. Il est le repaire, le référent  de ses élèves.  Il doit gérer son degré de tolérance  qui peut être variable selon les élèves. Toujours avoir en tête le profil de l’élève, ses progrès de comportement. Les exigences du maître ne peuvent  être identiques pour tous les élèves. Toutefois les objectifs  sont  les mêmes : socialisation, devenir élève

 

Les outils de l’enseignant

- cahier journal

- cahier de liaison

- cahier comportemental

- cahier de compétences

 

Les outils de l’élève

 

Affichage

 

Différenciation

 

Auto-évaluation (l’élève acteur de ses apprentissages)

Repost 0
Published by Grenadine - dans CLIS
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 08:34

4.       Le projet de classe

 

Projet de clis : pourquoi ?

Le projet de classe a pour objectif de:

Définir un cadre de travail: faire un état des lieux, se fixer des objectifs, se donner les moyens d’atteindre ces objectifs

Etre un outil de liaison avec les différents partenaires (parents, service de soin,  enseignants des autres classes de l’école…).

                L’enseignant pourra s’y référer lors de:

Une réunion de rentrée avec les parents

L’élaboration du projet d’école

Une présentation de la classe auprès d’autres partenaires

Permettre une évaluation interne et externe (inspection, CAPASH)

 

Qui fait quoi et quand dans la CLIS ?

Emploi du temps des élèves et du maître

La notion du groupe CLIS

Dans les moments sans intégration, que fait-on dans la CLIS ?

                Projet pédagogique pour lier les élèves. Le projet de cette classe particulière s’articule avec le projet d’école. Attention pas de redondance avec le projet de la classe d’inclusion. S’orienter sur des mini projets (une période ou deux) du fait des fluctuations, des possibilités des élèves des temps d’inclusion.

                Ces projets doivent:

Avoir des objectifs pédagogiques réels/ aux différents buts de l’élève

Des mises en valeurs sur l’extérieur de la CLIS

L’inclusion concerne souvent le même élève

On se retrouve avec des groupes de niveaux : préparer l’inclusion des années suivantes

 

Le projet de clis et les écrits

Liste des élèves

Diagnostique pédagogique

Organisation matériel de l’école de la classe

L’ensemble des emplois du temps

L’organisation pédagogique de la classe de CLIS dans le cadre des intégrations des non intégrés

Evaluation des priorités (les mini projets), les axes de travail selon la classe selon les groupes (cf. le travail de la classe unique)

Cohérence dans l’écrit (Rappels Objectifs projet d’école)

Objectif projet de classe

Compétences travaillées

Evaluation

 

 

Projet de clis : comment ?

Analyse de la situation

                Il s’agit de faire un état des lieux et d’analyser la situation.

                Ce travail permettra d’appréhender:

Le public

Les moyens existants (moyens matériels et/ou humain)

L’enseignant

Le profil des élèves

Il doit être aborder de façon globale, les projets individuels reprenant en détail les données concernant les élèves

Taux de redoublement

Origines et parcours scolaires

Type de déficience et répercussion éventuelle sur les apprentissages

Compétences des élèves et difficultés rencontrées

Le milieu socio-culturel

Il est possible de présenter le milieu socio-culturel auquel appartiennent les élèves (CSP, taux de chômage, logement …) si le type de population a une incidence sur le travail en classe.

Ex: forte proportion de gens du voyage, école en ZEP …

L’école

Il s’agit de faire un descriptif rapide :

Les locaux

Le projet d’école

La classe

Son histoire si elle est particulière (ouverture, faisant fonction)

Le local (situation géographique dans l’école, aménagement, accessibilité)

Le matériel

Objectifs

Il s’agit de réfléchir à ce qui est visé pour les élèves de la classe, à savoir:

La socialisation, l’autonomie, le respect des règles de vie

L’intégration

Les apprentissages déclinés en termes de compétences (savoir, savoir-faire, savoir-être) en référence aux programmes et socle commun

Moyens

Il s’agit de définir les moyens d’atteindre les objectifs fixés

- Moyens matériels:

Aménagements de la classe (ex: disposition des tables)

Installations spécifiques (TICE, installations sportives …)

Outils destinés à compenser le handicap (équipement informatique individuel, matériel adapté …)

 

 

- Moyens pédagogiques (outils et démarches)

Chez les élèves présentant des troubles des fonctions cognitives, la mémorisation est un souci important.

L’enseignant se doit d’être vigilant sur

·         la quantité d’éléments à mémoriser (pas trop grande)

·         la succession de données et leur restitution ordonnée, la peur de l’échec due à la mésestime de soi inhérente à ce public

·         le peu de sens ou la non compréhension du paragraphe à mémoriser qui d’emblée posera un problème de restitution.

La mémoire est une compétence transversale nécessaire à travailler, aucun apprentissage n’est possible sans mémoire.

Une utilisation efficace de la mémoire suppose de :

·         Améliorer les capacités d’attention et de concentration. Pour cela l’enseignant se doit de :

- créer une ambiance propice à l’attention : mise en confiance de l’élève, verbalisation de l’adulte sur la tâche mnésique qui va suivre…

- susciter la motivation et la curiosité en brisant la routine, en recherchant l’étonnement des élèves…

- favoriser une attitude active et les facultés d’anticipation : installer une attitude d’écoute (silence, fermer les yeux pour mieux entendre ou mieux voir mentalement le mot ou le nombre à mémoriser, poser des questions ou masquer partiellement le document, faire rechercher les différences, les ressemblances, une évolution…

·         Améliorer les capacités perceptives

Nous disposons d’au moins sept entrées sensorielles pour mémoriser : les yeux (entrée visuelle), les oreilles (entrée auditive), le nez (entrée olfactive), la bouche (entrée gustative), la peau (entrée tactile), l’entrée kinesthésique (la sensation du mouvement), le cœur (entrée affective). Cette dernière entrée est très importante. Ne pas oublier que l’on retient mieux ce que l’on aime.

Pensons donc à varier les entrées d’apprentissage.

·         Améliorer les capacités d’organisation des éléments à mémoriser ou de structuration de l’information.

- Utiliser les techniques d’association : associations visuelles, sémantiques, narratives, associations a du déjà   vu…

Recherche de critères d’association, de points communs, de différences…

- Structurer et organiser l’information pour faciliter une gestion efficace de la mémoire : il s’agit de classer, de catégoriser à partir de critères visuels, logiques ou sémantiques.

ex : structuration rythmique d’un poème

       structuration spatiale (rechercher une ressemblance avec une forme connue)

       structuration logique (cohérence d’une situation)

       structuration sémantique (regrouper des mots autour d’un concept, d’une catégorie : boite de mots…)

- Proposer des codages et utiliser la mnémotechnie

     ex : les conjonctions de coordination « Mais où est donc Ornicar ? »

            l’orthographe d’un mot : Apercevoir « Je m’aperçois qu’apercevoir ne prend qu’un p

                                                         Attraper « J’attrape deux taupes et un putois. »

- la répétition

·         Améliorer les capacités d’anticipation de la tâche demandée lors de la restitution

Il est essentiel de dévoiler à l’élève le but poursuivi, le type de restitution prévu, ce que comportera l’évaluation. Connaître ce que l’enseignant demandera ou fera réaliser comme tâches permet une approche plus adaptée et plus efficace de l’apprentissage.

·         Améliorer les capacités de création de réseaux de connaissance : Lier les connaissances antérieures

Faciliter la mise en réseau des connaissances en reliant une notion nouvelle à des connaissances extérieures…

« Est-ce que cela vous fait pensez à quelque chose que vous connaissez déjà ? »

 

 

 

 

 

 

 

L’utilisation de l’écrit: affichages, répertoires, cahiers outils …

L’évaluation comme outil d’aide aux apprentissages

L’utilisation des TICE

Le contrat de travail

Les référentiels de compétences, les livrets d’évaluation

Les programmations

L’intégration: décloisonnement, intégration dans les classes ordinaires.

Les projets spécifiques (journal, classe transplantée, correspondance…)

 

Moyens organisationnels

L’organisation des groupes dans la classe

La présence d’une AVS

Les prises en charge extérieures (lieu, modalité, fréquence, évaluation …)

Les relations avec les différents partenaires

Entretiens avec les familles

Synthèses avec les services de soins

ESS (équipe de suivi de la scolarisation)  

Conseils des maitres

L’évaluation

Repost 0
Published by Grenadine - dans CLIS
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 20:18

2.       Place de la CLIS dans l’école

Une CLIS dans l’école

Inconvénients :                  

Inclure alors que les classes sont chargées

Travail supplémentaire en investissement, écoute des autres

Travail de liaison avec CLIS et partenaires

Caler les emplois du temps

Avantages :

Une personne ressource pour les élèves en difficulté

Possibilité d’inclure  en CLIS un  élève en difficulté avec projet

Travailler en équipe  d’enseignants autour d’un cas

Travailler en équipe d’enseignants avec d’autres élèves

Avoir un regard obligatoire sur la difficulté scolaire

Avoir un réseau de partenaires possibles

Le travail peut servir à d’autres élèves en difficulté dans la classe

 

La place de la CLIS dans le projet d’école (loi du 22 avril 2002)

Y a –t-il un axe de travail sur les échanges des maîtres de CLIS et des autres classes dans le projet d’école ?

Y a-t-il un axe de travail sur les échanges des élèves de CLIS et ceux des autres classes de l’école (organisation, pédagogie..) ?

Dans une manifestation, y a-t-il associations réelles ou fictives (uniquement sur papier) ?

 

3.       Que signifie inclure un élève?

L’inclusion

L’inclusion peut être à double sens :

                 CLIS           è       classe          sur projet

Classe      è         CLIS             uniquement

l’idéal : Notification èPPS (projet personnalisé de scolarisation) èESS  (équipe de suivi de scolarisation qui regroupe tous les partenaires qui gravitent autour de l’élève (enseignant référent, parents, enseignant, thérapeutes, partenaires sociaux, famille d’accueil) fixe les objectifs généraux.

·         Prévoir une activité, un domaine dans lequel l’élève n’est pas en difficulté et peut être valorisé

·         Prévoir une activité dans un groupe / classe d’âge et d’intérêt proche

Avant l’inclusion, on prépare l’enfant (verbalisation rapide) et l’enseignant d’accueil en lui indiquant l’objectif poursuivi, le profil de l’élève tant au plan comportemental que scolaire, l’accompagnement prévu et les adaptations si nécessaires.

Un projet écrit oriente la démarche et l’inscrit dans le temps voire dans une progressivité concertée.

Le travail après l’inclusion doit faire l’objet d’une reprise en CLIS et permettre à l’élève de commenter son vécu. La restitution n’est pas obligatoirement collective. L’enseignant de CLIS veille à ce que l’élève tire bénéfice de l’inclusion engagée.

Il est conseillé de démarrer les inclusions après une période de deux mois d’observation voire même un trimestre. Elles sont évaluées périodiquement avec le maître de la classe d’accueil oralement ou (et) par un document formalisé.

Les devoirs de l’enseignant de CLIS qui veut inclure un élève (projet individuel de l’élève)

v  Reprendre ce qui est fait en intégration

v  tenir les horaires et l’emploi du temps.

v  Informer l’enseignant de la classe de tout avis sur l’élève qui peut modifier l’emploi du temps.

v  Informer sur les  limites de l’élève, les possibilités d’adaptation.

v  Il faut connaître le projet (l’orientation) de la famille pour l’enfant (cf. référent)

v  Evaluation bilan " Inclusion disciplinaire

v  Evaluation du comportement, de l’autonomie

v  Evaluation de la scolarité précédente: y a–t-il eu intégration ou non ?

v  Prendre en compte la réalité du terrain / l’orientation (transport, nombre de places..)

Les droits de l’enseignant de la classe qui intègre :

v  Connaître le projet individuel (il a été construit ou tout au moins discuté entre les deux maîtres)

v  Remettre en cause les modalités d’intégration (ou - ou différemment)

v  Bénéficier d’un maître supplémentaire si le maître de CLIS a intégré tous les élèves.

Les devoirs du maître de la classe :

v  Transmettre la progression, ses observations et les cahiers (ceux-ci  journellement) en regarder le retour.

v  Porter une attention particulière,  adapter les exercices

v   L’élève a une place dans l’espace classe.

v  Tenue de l’emploi du temps de l’horaire

v  L’évaluer.

 

Attention !!!! Ne pas s’ériger en sauveur de l’élève, ne pas le prendre en pitié

Repost 0
Published by Grenadine - dans CLIS
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 18:20

Suite au  powerpoint concernant la clis, voici un complément d'informations.

____________

 Réunion CLIS - Novembre 2010

CLIS : Classe d’Inclusion Scolaire

1.       Quelques rappels

Textes de référence

·         Circulaire 2002-111 du 22 avril 2002 :

Cette circulaire met l’accent sur la scolarisation de tous les élèves en privilégiant le cadre du projet d’école. Les démarches pédagogiques mises en œuvre dans  ce projet d’école ont une finalité de prévention. Le but principal est d’adapter l’enseignement à la diversité des élèves et de suivre leurs parcours individuels. C‘est l’instauration des cycles pédagogiques.

Chaque enseignant assume au sein de sa classe la responsabilité pédagogique à l’égard de chacun de ses élèves (donner des réponses  aux besoins particuliers de certains enfants, utiliser si besoin le personnel spécialisé).

Toutefois ces démarches ne sont pas suffisantes pour certains de ces élèves.

Pour répondre à ces besoins, créations des réseaux d’aides spécialisés aux élèves en difficulté

                                                      créations des classes d’intégration scolaires

Ces ressources ne sont efficaces que si elles sont incluses dans le projet d’école qui assure la cohérence des interventions (personnel spécialisé et actions pédagogiques de l’école).

·         Circulaire 2002-111 du 30 avril 2002 :

Création de l’AIS

Cette circulaire met en place des dispositifs spécifiques pour les élèves à profil particulier. On parle de dispositifs d’Adaptation et d’’Intégration Scolaire.

 Le service public met en avant l’égalité des chances  par le respect et la prise en compte des différences. L’école a vocation à accueillir tous les enfants. Tous doivent tirer profit de leur scolarité.

C’est la mise en place d’actions de remédiation avec un suivi adapté tout au long de la scolarité élémentaire.

                - Création des réseaux d’aide

                - Elaboration de Projets individualisés. Ils sont suivis et révisés de manière régulière.

·         Circulaire 2005 du 11 février 2005 :

Loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Priorité à une scolarisation en milieu dit « ordinaire », le recours aux établissements ou services médico-sociaux étant considéré de façon complémentaire.

Création de la MDPH : maisons départementales des personnes handicapées. La MDPH assure à la personne handicapée et à sa famille l’aide nécessaire à la formulation de son projet de vie,  à la mise en œuvre de toutes les décisions prises. Elle définit le parcours de l’élève en respectant le parcours personnalisé de scolarisation (P.P.S.) Elle accompagne le handicapé et sa famille. Elle nomme un référent. Ce dernier assure, tout le long de sa scolarité, les relations avec l’élève, sa famille et l’équipe de suivi de scolarisation.

·         Circulaire 2009-87 du 17 juillet 2009 :

Actualisation de l’organisation des classes pour l’inclusion scolaire (CLIS).

- Changement de terme : « intégration » est devenu « inclusion ». Pour l’état, ce nouveau concept , à la différence de l'intégration, où il revient à la personne en situation de handicap de s'adapter à son milieu, le concept d'inclusion renvoie à l'idée que c'est au milieu social, professionnel et scolaire, qu'il appartient d'offrir à la personne en situation de handicap les moyens de s'épanouir.

Toutefois, le terme "intégration" paraît tout de même assez dynamique...
Wikipedia : "La résine fossile contient souvent d'autres fossiles, appelés inclusions...". Wikipedia donne aussi en exemple l'inclusion des poupées russes les unes dans les autres...

- L'essentiel du changement apporté par la loi concerne le recrutement des CLIS qui échappe désormais à  l'éducation nationale et qui est confié aux MDPH.

- La circulaire apporte quelques précisions concernant par exemple le travail des enseignants.  (ouverture de clis en maternelle, scolarisation à temps partiel). Elle évoque le principe de « clis spécifiques » regroupant des enfants présentant "une compatibilité de leurs besoins et de leurs objectifs d'apprentissage".

Le projet de la clis doit être articulé avec le PPS des élèves. L’enseignant de la clis veille à assurer un enseignement adapté aux besoins des élèves et favorisent  autant que possible qu’ils fréquentent les classes ordinaires de l’école. Les modalités d’organisation des concertations avec les partenaires qui contribuent à la mise en œuvre du PPS doivent être prévues dans le PPS.

Les temps de concertation des enseignants sont prévus. (3h/semaine)

 

 

L’enseignement

L’enseignement doit viser les compétences des cycles et les paliers du socle commun.

ü  Document à distribuer : Compétences fin de cycle 2 incluant le palier 1 du socle commun

Quelque soit le handicap mental dont vous vous occupez, dites-vous que tout élève est perfectible.

Il est essentiel d’adopter un point de vue optimiste sur l’élève ayant des besoins spécifiques ou en situation de handicap car il est toujours possible de provoquer des apprentissages tardifs. De nombreux théoriciens ou praticiens ont illustré la possibilité de provoquer même tardivement des apprentissages scolaires chez les plus en difficulté.

L’intelligence est éducable.

Quelles suites à la CLIS

Etablissement : faiblesse scolaire et manque d’autonomie. Le palier 1 n’est pas atteint.                

ULIS (ex UPI):  Unité Localisé pour l’Inclusion Scolaire : autonomie suffisante pour le collège. Il y a déjà un vécu d’inclusion. Le palier 1 est validé.

SEGPA : niveau scolaire fin CE2. Le palier 1 est dépassé

Classe ordinaire: proche des compétences du cycle dans lequel il sera scolarisé au palier de son âge à + ou – 1 ou 2 ans

Repost 0
Published by Grenadine - dans CLIS
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 22:48
Repost 0
Published by Grenadine - dans CLIS
commenter cet article

Moteur de ressources TICE

La boutique de Grenadine